top of page
  • juliettesastre3

Vivre avec un chien prédateur

Dernière mise à jour : 20 avr. 2023



Educateur canin Tarbes
Educateur canin Tarbes

La prédation est un des motifs de consultation comportementale les plus fréquents. Souvent source de stress pour les humains, elle est par ailleurs délicate à travailler de par son côté ultra-addictif pour le chien. Quelques remises en contexte :


🍁 La prédation est un instinct naturel présent chez l'ensemble de l'espèce canine. Autrement dit, tous les chiens prédatent, à des degrés différents en fonction de la race, de la lignée, et même de l'individu


🍁 Elle se scinde en étapes, se déclinant ainsi : recherche visuelle et/ou olfactive (le chien scanne son environnement avec les yeux et/ou son nez, truffe au sol ou en l'air), pistage (le chien trouve la trace et la remonte), fixation (le chien a la proie en visuel, se fige et la fixe du regard), rampage (aplati au sol le chien rampe vers la proie), poursuite, capture en bouche, mise à mort, consommation


🍁 Beaucoup de chiens n'effectuent qu'une partie des étapes ci-dessus : leur prédation s'arrête au pistage, à la fixation et à la poursuite. Certaines races et lignées ont d'ailleurs été sélectionnées par l'homme afin de ne garder que certaines étapes de la prédation, dans le but d'améliorer leurs performances de travail (fixation et rampage pour les chiens de conduite de troupeau par exemple)


🍁 La prédation est extrêmement auto-renforçante (plus le chien chasse, plus il aura envie de chasser), et libère chez le chien un cocktail d'endorphines (hormones de plaisir) qui la rendent particulièrement difficile à inhiber une fois que le chien y a goûté


Au vu des faits énoncés ci-dessus, nous pouvons en déduire que :


🍂 Le chien qui part soudainement chasser n'est pas "désobéissant", "mal éduqué", ne cherche pas à se soustraire à une quelconque autorité. Il part chasser parceque c'est pour lui un besoin intrinsèque, tout comme boire ou se nourrir. Quand un chien se met en chasse, son cerveau devient imperméable au monde extérieur


🍂 Le chien que l'on laisse chasser sans aucune forme de guidance (et j'utilise ce mot-là et non le mot contrôle, pour une bonne raison) verra ses compétences s'améliorer et son goût pour la chasse augmenter (à nous donc de les guider vers les parties sécures de la séquence de prédation)


🍂 Chasser permet au chien de relâcher de la pression, le cocktail hormonal libéré lors de la prédation lui procurant un grand plaisir. Cependant, certaines étapes de la prédation (notamment la poursuite) sont particulièrement excitantes pour le chien (à l'inverse, la recherche olfactive permet un réel apaisement, par l'abaissement du rythme cardiaque)

Voyez-vous le dilemme ici ? Chasser fait du bien à nos chiens, mais les laisser chasser est risqué. Risqué pour eux (notamment à proximité des routes), risqué pour la vie sauvage, risqué pour nous (en période de reproduction, en forêt, les amendes sont salées!).


Alors, que faire ?


🍄 Comme mentionné plus haut, nous pouvons guider nos chiens. Leur montrer quelles parties de la séquence de prédation sont "safe" et lesquelles ne le sont pas. Cela nécessite donc de renforcer les parties de séquence que l'on veut garder (à l'aide d'un renforçateur que le chien apprécie), et d'anticiper les étapes suivantes, afin d'éviter qu'elles ne surviennent. Par principe d'extinction, moins un comportement aura d'occasions de se produire, moins il se produira


🍄 Nous pouvons travailler, chaque jour, sans relâche, la relation avec nos chiens. Plus nos chiens seront connectés à nous, attentifs à nos demandes et friands d'interactions (et pour cela, il faut que nos demandes et interactions avec eux soient TOUJOURS agréables), plus les balades se feront dans la sérénité, et plus le chien aura de réserves à partir loin de son humain


🍄 Répondre aux besoins de notre chien (en terme de dépense énergétique mais également de mastication, d'olfaction...) permettra aussi de partir en balade avec un chien moins excité, plus concentré, donc moins enclin à aller prédater tout ce qui passe pour satisfaire son besoin de dépense physique et mentale


🍄 Le suivi naturel et le focus sont des points essentiels à travailler, et ce dès le plus jeune âge, chez tous les chiens, et à fortiori chez les chiens avec un fort instinct de chasse. Changer de direction, s'arrêter, changer de chemin sans parler au chien et renforcer le fait qu'il nous suive sont la clé des balades sereines.


🍄 Par principe, et cela est valable dans toutes les dimensions de l'éducation canine, nous pouvons récompenser TOUS les comportements que nous souhaitons voir apparaître davantage. Donc, si votre chien se tient près de vous, revient naturellement, reste dans un périmètre raisonnable, vous regarde, récompensez-le


🍄 Si une situation, un environnement est trop riche en stimulations et risque de mettre votre chien en échec, la longe sera votre meilleure alliée. Encore une fois : si le chien chasse, il aura de plus en plus envie de chasser. Toute occasion de ne pas performer les parties "insécures" de la séquence de prédation sera un pas de plus vers l'extinction du comportement


🍄 Dernier point, et pas des moindres : le collier électrique est absolument et définitivement à prohiber (dans toutes les situations sans exception aucune). Si je le mentionne dans cet article, c'est parceque beaucoup de gens, en désespoir de cause et au départ par souci de sécurité pour leur chien, finissent par user du collier pour stopper leur chien en pleine séquence de prédation. Le collier stoppe le comportement à l'instant T, mais ne permet pas un réel travail de fond sur la prédation du chien. C'est un peu comme donner uniquement un cachet anti-douleur lors d'une fracture : la sensation s'atténue, mais la blessure n'est pas réparée. La douleur, surprise et inconfort induits par ce type de colliers augmentent considérablement le stress du chien. Et que fait un chien stressé pour se détendre ? Il chasse...


Juliette Sastre

Yes We Dog - Education & Comportement canin



141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page